Lundi 27 avril 2015

Avis aux terrien(ne)s+RDV pour « une Vieillesse digne et solidaire »

État d’âme d’une secrétaire-animatrice d’une petite asso environnementale.

Le texte ci-dessous que j’ai écrit fait écho à l’incompréhension que je ressens trop souvent face à l’attitude des « terrien(ne)s ». Que voulons-nous faire de nos vies ? J’ai eu peut-être de la chance le jour ou j’ai suivi une médecin au Banglasdesh ! Lorsque je suis arrivée à Tuluban, village de la tribu Chakma ; pas de papier toilette, pas de fourchette pour manger, pas d’eau courante, pas de télé, pas d’électricité. A 24 ans, moi la jeune femme blanche un peu maniaque s’est pris une claque. Je me trouvais à l’époque qu’avait vécu mes grands parents : charrue avec bœuf&CO. Petit à petit, un vent de liberté, de simplicité, de dépouillement s’est installé. Le paradis était là, au Bangladesh : se retrouver le soir dehors autour d’un feu à chanter et écosser des fèves. Mais les vautours sont venus, ils ont brûler des maisons, ils ont torturé. Comme pour les indiens, les aborigènes… les vautours veulent qu’ils payent le droit à la propriété.

Que pouvons-nous faire ?La sempiternelle question. Tant de choses : change et le monde changera. Tout à l’air si huilé:métro boulot dodo.Et fric fric fric, argent, taxeeeeee$$$$ ! Qui décide ? Moi j’ai tendance à vouloir encore croire : Nous,le Peuple.

Pour moi le bonheur c’est un tout petit nid chaud en botte de paille, un jardin, le sourire des enfants du Bangladesh (qui j’espère reviendra sur les lèvres de nos enfants blancs), et la Nature qui est si belle.

Je n’aie pas besoin de toute cette matérialité, qui ira jusqu’où ?! Vous savez bien, on est entouré de machine : à laver, ordinateur…qui devraient nous faire gagner du temps.

Les anciens rient:ils faisaient eux-mêmes leur maison (comme moi-nous), leurs habits, leur nourriture.iIs n’avaient besoin de rien de plus. Pas de désherbants. ET lorsque les vautours ont voulut leur vendre des poudres miracles pour moins se fatiguer à la terre, il a fallut gagner plus pour acheter ce qu’ils avaient pas besoin avant. Et vous connaissez la suite.Même discours et parcours dans cette tribu du Bangladesh : « avec l’argent que je gagne j’enverrais mes enfants à l’école en ville pour qu’ils aient un bon travail. » Société de l’Avoir et non de l’Être. On se retire de l’attrait de la terre/Terre.Du bon sens Paysan. Combien d’agricult(rice)s aujourd’hui ? 2 à S t Martial d’Albarède 3 à Excideuil Pour la majorité se sont des exploitants agricoles qui ont pris les rennes:céréales coté en bourses. Miam ! Qui nous nourrit ?Courses aux supermarchés (légumes made in Espagne voir beaucoup plus loin bourrés de produits chimiques et animaux bourrés d’antibiotiques)=Mort de nos paysans. Beaucoup diront:si on doit tout regarder, on mange plus rien !!! Ah bon ! Pourtant quelqu’un(e)s résistent à nous proposer des légumes naturels sur les marchés et/ou en vente direct à la ferme.

Action concrète et locale :

Allez voir les élus de votre commune et demandez leur d’arrêter d’empoisonner notre air, notre eau et nous nous-mêmes avec les désherbants & CO. Soyez prudents face à cette charte 0 herbicide, ne pensez pas que lorsque votre commune aura signée cette charte, il y aura 0 herbicide ! Nous devons reprendre en mains notre pouvoir en tant qu’act(rice)eurs citoyen(ne)s. On nous fera languir avec des arguments tels que:on ne peut pas passer du 0 produit chimique du jour au lendemain ! Ah bon ! Il est vrai qu’on vous dira il faut que notre commune soit propre. Et oui, la nature, l’herbe, les plantes aux multiples vertus médicinales, sont sale ! Vive les pelouse tondue comme des terrains de golfe. Le pissenlit, l’ortie, le plantain, si bons,seraient à couvrir de ce jaune Round-up made in Monsanto. Ou ira butinait l’abeille ? C’est surement la dernière question que se pose le genre humain, en tout les cas trop peu pour l’instant !

Bonne lecture pour celles et ceux qui prendront le temps. Et si vous voulez partager, proposer, vous savez où écrire ou venir.

En fin de page vous verrez une RDV pour « une Vieillesse digne et solidaire » à St Pantaly d’Ans le mercredi 06 mai à 17h30

Virginie

Quel chance d’être là Vous ne trouvez pas ? Où ça déjà ?

On me nomme la Planète Terre Planète Bleue En tous cas j’espère Qu’on ne m’appellera pas La Planète Dégueu.

A cause de qui ? Eux on les appelle les êtres humains, dit Êtres sensibles doués d’intelligence

Ah bon ! Je suis surpris ! Vous manquez d’indulgence.

Écoutez- moi, c’est important Enfin je pense !

Depuis qu’ils se sont éloignés de la Nature J’vous assure Que pour moi la Terre, c’est dur Ou plutôt triste Parce que vous savez J’en ais vu passer

Mais ces bestioles là… Elles en font du dégât Pourtant j’leur donne tout Un air pur De l’eau Une bonne terre. Des étoiles pour s’émerveiller Des paysages à rêver. Il y a quelque chose de pas normal dans leur cerveau

Si j’vous assure. Depuis qu’ils ont créé cette espèce de truc en papier ; l’argent Je sens une tension

Par exemple Quand des groupes se tuent Un autre les tuent ça me laisse même De grosses tâches rouges Et des trous béants sur ma peau Qu’ils recouvrent de béton

Ils ne font pas que se tuer Pigeons Fientes sur ce qu’ils ont construit A tuer Loups Mangent quelque fois leurs brebis A tuer Abeilles Pollinisent Pesticides Tuées !

En fait depuis qu’ils créent Qu’ils fabriquent, construisent Ils veulent que ça leur rapportent un max de fric ! Comme ils disent.

Apparemment ils leur manque la confiance les uns envers les autres-la générosité.

Ils ont décidé De me vendre en morceaux Ils ont inventé la propriété. Sans m’demander ! Pas gêné !

Si moi, leur Planète J’leur demandais des comptes Toutes ces petites bestioles Feraient faillite.

Eux sont à leur 21èm siècle Moi à mes 6 milliards et demi de bougies ! En un demi siècle Après leur énième guerre Ils ont crée tant de déchets Qu’il y a un 7èm continent Le continent Plastique. Si, Si

Tu m’crois pas ? Faut croire qu’il n’aime plus la Nature Ils ont même inventé des produits phytosanitaires Mais ils ne me feront pas taire ! Herbicides contre la moindre plante qui pousse

Dès l’printemps quand la Nature se réveille Ils aspergent à tout va Polluant eau, air Se rendant malades eux-mêmes.

Ironie du sol, du sort ! Ils veulent que tout soit propre Mais en fait ils polluent, salissent.

Une justice ?

Moi, tu sais j’regarde ça d’un coin de l’œil. Eux, ils se consument à petit feu.

J’ai deux gardes fous Sans air pur ni eau Ils meurent

La seule différence avec tous ceux Que j’ai vu passer C’est que certains d’entre eux ça les rend tristes Et ils me demandent pardon En essayant de me respecter Sans polluer.

Moi l’humaine J’aimerais te prendre entière dans mes bras Et te demander PARDON.

Virginie Zambelli

Remue-méninges, rencontre et transmission

Marelle&Cie et Alain Gaba auteur du livre « une Vieillesse digne et solidaire » vous donnent rendez-vous à St Pantaly d’Ans le mercredi 06 mai à 17h30

Jeunesse, retraités, futures vieilles personnes (oui, c’est vous !), élus, acteurs sociaux, acteurs de l’éducation…citoyens de tous âges

Lien entre générations, patrimoine culturel immatériel, solidarité : que voulons-nous créer ? faisons-le maintenant ! Pour que se passe le témoin, pour que le lien demeure vivant d’hier à aujourd’hui et demain : que pouvons-nous inventer ? commençons maintenant !

A GABA mail - JPEG - 229.7 ko
A GABA mail

Les z’abeilles solidaires de Marelle&Cie