Lundi 26 mai 2014

Rendez-Vous au jardin 2014

Les rendez-vous aux jardins 2014.

Défit réussi par une équipe de bénévoles de transformer une déchetterie devenue dépotoir en un espace de rencontres et de partages
dans le respect des écosystèmes.

jardin de St Martin - JPEG - 5.6 Mo
jardin de St Martin

Dans le cadre des Rendez-Vous au jardin 2014,Virginie Zambelli, secrétaire de l’association Raméal Péri’Vert a organisé l’accueil de tous les élèves de l’école primaire d’ Excideuil le vendredi 30 Mai au jardin de
St Martin- Excideuil.

Toute la journée des ateliers autour : du sol vivant (sans intervention de produits chimiques), de l’arbre et du loup en France ( sa présence : symbole et richesse de la nature sauvage).
L’association mettra en avant l’exposition élaborée par l’ASPAS, sur la thématique « j’aime les loups ».
Cette exposition pourra être emprunté par tout(e)s ce(lles)ux qui le souhaiteront.
Cela sera l’occasion de retracer l’histoire du loup et de mieux connaître cet animal si mal convoité !

En effet, après quelques décennies d’absence suite à sa destruction par l’homme, voilà plus de vingt ans que le loup est revenu naturellement en France, par ses propres moyens.
Vingt ans pendant lesquels les rumeurs, les erreurs et les contres- vérités les plus grossières ont été colportées par des responsables du monde agricole, des chasseurs, et par des élus.

Les loups vivent en meutes d’en moyenne 4 à 5 loups et seul le couple dominant se reproduit.La meute vit sur un territoire de 200-300 Km2.
Donc pas de risque de se voir envahir par les loups et il serait absurde d’envisager une « régulation » de l’espèce !
Le loup gris actuel Canis lupus apparaît en France il y a 400 000 ans. L’homme de Néanderthal émerge il y a 250 000 ans, et notre espèce Homo Sapines colonise l’Europe il y a 50 000 ans.
Les premiers conflits apparaissent probablment avec l’agriculture et l’élevage du bétail il y a environ 8 000 ans. Au 18e siècle, le loup est encore présent dans l’ensemble de la France avec une population estimée entre 3000 et 7000 individus.
Il disparaît de notre pays en 1939.
A partir d’une petite population ayant subsisté dans le centre de l’Italie, le loup désormais protégé regagne peu à peu les Alpes du sud italiennes dans les années 1980, favorisé par le reforestation et les lâchers de gibier pour la chasse.Il réapparaît côté français en 1992 dans les Alpes- Maritimes.
Population estimée en France:250.

La prédation sur certains troupeaux domestiques est une réalité, mais la cohabitation avec le loup est possible.
Il existe toute une série de mesures de protection des troupeaux largement prises en charge par l’État : aides-bergers, parcs électriques, chiens de protection, effarouchements,etc.
Les brebis meurent surtout d’autres causes : maladies, parasitismes, chutes ou disparitions dans les estives, chiens divagants… causent la perte d’un millier de moutons par jour en France !

Avec 6 millions de moutons, la France n’est autosuffisante qu’à 51% en viande ovine L’Italie, avec 7 millions de moutons à 67% et compte de 600 à 9 00 loups. L’Espagne 14 millions de moutons à 116% avec 2000 loups !

Toutefois la concentration de moutons a un impact négatif sur la biodiversité en montage : disparition des insectes due aux traitements antiparasitaires, perturbation d’espèces sensibles comme les tétras,transmissions de maladies à la faune sauvage, dégradation des sols, érosion,etc.

Comme tout prédateur naturel, le loup régule les populations sauvages de cervidés sans pour autant les faire disparaître, sans quoi il disparaîtrait aussi. L’installation du loup fait réapparaître chez les ongulés un comportement de vigilance. Il disperse les ongulés, limitant ainsi les concentrations locales qui peuvent avoir un impact négatif sur les forêts.

Après des siècles d’acharnement ayant failli le faire disparaître en Europe, le loup est inscrit au titre d’espèce prioritaire de la directive Habitats Faune Flore de l’UE.
Protection au niveau européen par la Convention de Berne en 1979.

Toutefois soyons tou(te)s vigilant(e)s :
sur le terrain, le braconnage et les tirs officiels accordés à titre dérogatoire par l’État mettent les populations en péril.
184 tirs de défense et 11 tirs de prélèvements autorisés en 2012 !
Un loup abattu laisse derrière lui un espace disponible et adapté à la vie d’un autre loup qui ne tardera pas à recoloniser son territoire.
De plus, tuer un ou des loups d’un meute conduit à la désorganisation de celle-ci et augmente les risques de prédation sur les troupeaux.

Aux États-Unis, des études scientifiques ont démontré que la régulation des cervidés effectuée par les loups permet de stabiliser les effectifs des herbivores en quelques années, limitant ainsi leur impact sur la forêt.
Par sa prédation, il joue également un rôle sanitaire et régule la faune en sélectionnant les bêtes affaiblies.

La présence du loup est donc un signe de bonne santé écologique.

Il est aussi une opportunité éco-touristique : 2 millions de visiteurs par an pour le seul parc des Abruzzes en Italie.

Le loup : symbole et richesse de la nature sauvage.

Source de l’ASPAS.

Le samedi 31 Mai de 10 à 12H et de 14H30 à 17H30 : visite du jardin pour le public avec inauguration du sentier pédagogique à 11H.

Vous pourrez découvrir un sentier pédagogique dédié aux essences locales, des carrés dédiés à la biodiversité, aux plantes mellifères, ainsi qu’un espace de détente.

Deuxième vide greniers

Vous pouvez d’ores et déjà vous inscrire au deuxième vide greniers organisé par l’association qui aura lieu le dimanche 6 juillet
à la place du Queyrifour - à S Martin-Excideuil
 :
05 53 52 84 76