Jeudi 6 décembre 2012 — Dernier ajout lundi 30 décembre 2013

Qu’est-ce le projet européen REINFFORCE ?

La réalité du RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE est universellement reconnue, avec des scénarios optimistes qui nous annoncent des élévations de température de l’ordre de 4°C dans les 50 prochaines années. Mais les conséquences régionales de ce réchauffement sont mal connues, en particulier dans le cas des zones océaniques.

REINFFORCE

RÉseau INFrastructure de recherche pour le suivi et l’adaptation des FORêts au Changement climatiquE

Le projet REINFFORCE répond à la priorité B du programme opérationnel d’INTERREG IVB.

La réalité du RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE est universellement reconnue, avec des scénarios optimistes qui nous annoncent des élévations de température de l’ordre de 4°C dans les 50 prochaines années. Mais les conséquences régionales de ce réchauffement sont mal connues, en particulier dans le cas des zones océaniques. De nombreuses incertitudes persistent à plusieurs niveaux : climatique (évolution locale du niveau de précipitations, évolution du gulf stream, etc.), économique (évolution du coût des énergies fossiles, évolution de l’importance de échanges mondiaux, etc.) et environnemental (évolution de l’importance des ravageurs et de pathogènes forestiers, niveau de la mer, etc.). Donc même si la réalité de l’impact du changement climatique sur la façade atlantique européenne ne peut pas être modélisée avec précision, des menaces spécifiques ont été néanmoins identifiées par les modélisateurs comme par exemple la perturbation des cycles biologiques des arbres, l’apparition de nouveaux pathogènes, l’inadaptation des espèces locales aux nouvelles conditions climatiques. Ce projet offre l’opportunité d’installer un réseau unique au monde s’étendant de la latitude 37° à 56° Nord, pour suivre l’évolution du changement climatique et tester l’efficacité des mesures adaptatives préconisées. Il s’agit donc d’un dispositif clef pour la durabilité des ressources forestières, car les arbres plantés maintenant seront récoltés dans 50 ans, et devront être en mesure de résister aux nouvelles conditions climatiques.

L’OBJECTIF DE CE PROJET EST DONC DE METTRE EN COMMUN LES CAPACITÉS DE RECHERCHE DE 11 INSTITUTS POURPONDRE À UNE PRÉOCCUPATION TRANSNATIONALE QUEST L’ADAPTATION DES FORÊTS DE L’ESPACE ATLANTIQUE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE. Grâce à ce projet, nous allons construire un outil de coopération permettant d’évaluer la réalité de l’impact du changement structuré autour de 5 groupes d’activités :

  • Une phase de préparation pour analyser les dispositifs existants, les espèces et les connaissances disponibles et définir les protocoles pour l’installation des dispositifs et la collecte des données ;
  • Une activité de coordination administrative et d’évaluation du déroulement des actions ;
  • La constitution d’un réseau de 38 arboretums pour anticiper l’impact du changement climatiques sur les espèces en les sortant de leur aire de répartition actuelle ;
  • La constitution de 38 sites de démonstration pour comparer la sylviculture actuelle avec d’autres techniques d’adaptation au changement climatique ;
  • La mise en place d’un système de collecte et d’échange de données harmonisé pour suivre la croissance, la santé et les cycles biologiques des forêts atlantiques. Un des objectifs non budgétisés du projet est de renforcer la pérennité du réseau IEFC qui existe depuis 10 ans. Le projet contribue au financement de l’IEFC (EFIATLANTIC) comme Office Régional de l’European Forest Institute pour le Portugal, la France, l’Espagne, le Royaume-Uni et l’Irlande, afin que ce réseau soit encore plus intégré au niveau européen. Ce projet est donc l’occasion de valoriser les connaissances en monitoring environnemental développées par les participants à un précédent projet INTERREG IIIB appelé FORSEE, et d’étendre le réseau au Royaume-Uni. Cette infrastructure sera un premier pas essentiel pour démarrer des futurs travaux de recherche pour trouver des solutions à l’adaptation des forêts au changement climatique. Comme chaque partenaire public ne sera en charge que d’un nombre limité de sites, la pérennité du réseau est assurée, et ces sites pourront être utilisés pour des actions de transfert. Il est évident qu’un tel projet n’aurait pas de sens sans une large étendue nord-sud. Il ne pourrait donc pas avoir lieu sans une bonne coopération transnationale entre le Portugal, l’Espagne, la France et le Royaume-Uni. Tous les partenaires publics sont des organismes de recherche ou de développement. La plupart d’entre eux sont déjà impliqués dans des projets sur l’adaptation au changement climatique. Ils vont donc constituer à l’échelle européenne une capacité de travail significative. LE BUDGET du projet est de 4 millions d’euros pendant 4 ans, répartis entre 11 partenaires :
  • l’Institut Européen de la Forêt Cultivée (IEFC),
  • Forest Research (FR),
  • l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA-Pierroton),
  • le Centre National de la Propriété Forestière,
  • l’Institut pour le développement forestier (CNPF-IDF),
  • Gestión Ambiental de Navarra (GAN),
  • HAZI Konsultoria,
  • NEIKER Tecnalia,
  • Fundación General de la Universidad de Valladolid (FGUVA),
  • CIF Lourizan,
  • Instituto Superior de Agronomia (ISA).

Données INRA

reinfforce -  voir en grand cette image
reinfforce